Twine, le web 3.0 à l’oeuvre

Standard

La start-up Radar Networks fondé par Nova Spitvack a annoncé hier le lancement de sa plate-forme Twine. Sorte de « réseau social intelligent », Twine accueille sur des pages persos toutes les informations collectées par les utilisateurs et à l’aide des technologies du web sémantique laisse la machine organiser le flot d’infos automatiquement. Images, sons, bookmarks, toutes les données sont tagguées automatiquement. Pour ajouter en « intelligence », Twine puise dans Wikipédia pour catégoriser les informations.
03f2fe076073af72699c13cbd43a9077.png
Plus les informations sont nombreuses, plus la plate-forme seraient performantes pour les analyser et les enrichir. Pour ce faire Twine s’appuie sur l’antique format RDF (resource description network), qui n’a à ce jour toujours pas décollé du fait de sa lourdeur de mise en oeuvre malgré son déjà vieil âge. Tim Berners-Lee, l’inventeur du web et de l’hypertexte (oui je sais c’est BT qui en revendique la paternité) l’a en effet formalisé quasiment en même temps que le web. Vous trouverez Ici la dernière version de son draft et de sa roadmap prévisionnelle.
Schématiquement, l’idée sous-jacente au web sémantique est que chaque information emporte une sorte de méta donnée qui décrit l’objet de l’information. Cette description est interprétée par un programme et ainsi catégorisée et mis en relation avec d’autres items similaires ou connexes. L’intérêt est évident : contextualisation, catégorisation et automatisation des flux d’informations du fait d’une structure sous-jacente. Bref, rendre la machine « intelligente » ou tout du moins apte à comprendre l’information et à la relier à d’autres.

c3ade594caacb17df18f879b2c7be225.jpg
Pour les moteurs de recherches et autres sites, le web sémantique est un Graal aussi ancien que le web lui même. Yahoo!, Google, Exalead, Temis, ZoomInfo, toute la R&D des moteurs est mobilisée sur ce sujet. Depuis quelques progrès ont été effectués, que ce soit en termes de programmation, mais aussi en Intelligence Artificielle (un des pans du WS), mais bon, on n’y est pas. D’ailleurs les sceptiques sont nombreux et pour certains le WS est un mirage.
Soyons optimistes, le staff de Radar Networks est loin d’être constitué de rêveurs.

Source : lepresse-papiers.rsfblog.org