Publicité Ikea, le prix des articles projetés sur un film au cinéma

Standard

Ikea innove en cette fin d’année, après avoir déployé un dispositif plutôt original sur Facebook. C’est en Autriche que la firme suédoise réitère avec la projection du prix des articles IKEA utilisés dans un film.

Demain la télévision interactive

Avec le développement du tactile et de la télévision interactive (reliée à internet) ce type de publicité va devenir de plus en plus courante sur le petit écran. Aujourd’hui, chaque présentateur tv est ambassadeur d’une marque de prêt à porter.  La plupart du temps, la marque est mentionnée  dans le générique de fin des émissions. Dans un avenir proche, vous pourrez acheter les accessoires mis en scène dans vos programmes préférés.  Comme pour l’achat d’un film à la demande, avec votre télécommande ou avec un double clic  (tactile) sur le costume de Michel Denisot vous pourrez acheter  le costume de Michel Denisot.

Acheter en payant le prix que l’on souhaite, c’est possible…

Standard

Je vous en donne 30 euros, non 12..

Brandalley a lancé aujourd’hui son opération « Pay What You Want », le concept est simple : c’est l’acheteur qui fixe le prix d’achat de son article. Brandalley qui figure parmi les leadeurs de la vente sur Internet de produits de mode et de décoration souhaite tester un concept qui se développe beaucoup outre-manche. Concrètement, vous achetez une chemise ou une robe en indiquant le prix que vous jugez le plus juste pour ce produit et vous finalisez votre commande tout simplement.

Le groupe de musique Radiohead avait utilisé ce principe lors de la sortie de son album sur internet (Octobre 07) . En France, le phénomène PWYW est récent, crise oblige, un restaurateur a lancé le même concept pour relancer son restaurant et c’est un succès. Par contre, le secteur de la vente d’articles de modes sur internet reste un domaine inexploré.

Le pari est risqué puisque les conditions d’achats sont différentes. Le lieu de vente et les acteurs de la vente figure parmi les éléments les plus important lors de l’achat, il conditionne le comportement du consommateur. D’un coté, nos papilles gustatives décident de la note, du prix du repas après consommation de l’autre, le jugement est plus complexe. Nous réalisons notre shopping seul, stimulé par l’envie de faire la bonne affaire, nous sommes donc transféré dans une logique de chasseur d’affaire. Cela me parait assez logique puisque la nature du produit, le moment d’achat et de réception du produit sont différent. De plus on comprend aisément que votre attitude au moment du paiement sera différente lorsque vous êtes face à votre écran ou devant le restaurateur qui vous offre son plus beau sourire.

Alors opération commerciale rentable ou simple campagne de communication ?

Selon une étude publiée dans le Famous Journal of Marketing de Janvier 2009, le Pay What You Want améliore la crédibilité du vendeur en laissant le consommateur décider du prix des produits. Aussi, le vendeur démontre à ses clients qu’il croit en la qualité de ses produits puisqu’il pense que ses clients n’achèteront pas ses produits au prix le plus bas. Enfin, le buzz généré grâce à cette opération commerciale améliore la notoriété du vendeur et permet de bâtir une image positive du pricing pratiqué par le vendeur.

Alors serez-vous généreux ou calculateur ? Vous avez jusqu’au 10 mai pour faire votre shopping sur Brandalley et fixer le prix que vous souhaitez aux articles de votre choix.