Toucher une cible de Trendsetters, jeune et urbaine : mode d’emploi.

Standard

Après avoir retravaillé le positionnement de ses offres, Lycos Network Europe annonce le lancement de son offre «Nuit». Cette offre mixant tous les leviers de communication permet de toucher une audience de trendsetters jeune et urbaine.

 

Lors de la soirée «Crazy Chic» du 29 Mars au Bobin’O organisée par Lemonsound, LG a été le premier sponsor à s’appuyer sur cet événement afin de promouvoir le lancement de son nouveau portable : le KF 600. Cette solution a permis au 4ème constructeur de téléphone portable en France de diversifier sa prise de parole en étant associé à un dispositif on et off-line en amont et en aval de l’événement pendant trois semaines.

 

« En amont de la soirée, 10 000 flyers ont été distribués, 35 000 SMS envoyés, 200 000 clubbers contactés par e-mailing, 230 messages radios diffusés sur des webradios du réseau. »
Lors de la soirée, une scénarisation ad hoc permettait aux 2 000 invités présents de découvrir les messages de la marque dans un environnement parfaitement contextualisé.

 

lg-kf600-publicitenews.jpgSur l’intégralité de la soirée, des photos du portable et le logo LG étaient visibles sur écrans géants.

 

Dans le cadre du plan média on-line, la campagne d’habillage exclusif des pages d’accueil de Lycos Night, Lemonsound et Soonnight ainsi que la mise en place d’un dispositif publicitaire classique sur le réseau Lycos Network Europe a généré plus de 7 000 000 de contacts.

 

« Cette offre mixant campagne on-line et dispositif événementiel répondait parfaitement à notre problématique de lancement. Nous souhaitions positionner le LG KF600 sur un territoire trendy et clubbing et la proposition de Lycos Network Europe nous permettait de toucher la bonne cible. Pour un coup d’essai, ce fût une vraie réussite ! Là où une campagne de bannière trouve ses limites en termes d’impact et de mémorisation, cette association on et off-line renforce le taux de mémorisation mais aussi la crédibilité et le positionnement du LG KF600 » commente Julien Marcaut, Responsable Web Marketing de LG. Continue reading

Le bilan complet des Investissements Publicitaires plurimedia en 2007

Standard

Malgré un nouveau record des investissements publicitaires, avec 23 milliards d’euros d’investissements bruts en 2007, le marché publicitaire montre une progression décevante (+ 6,2%).

Le marché publicitaire 2007 (23 milliards d’euros d’investissements bruts avant remises négociées) a connu une décélération de la croissance et perd 4 points par rapport à 2006 (10,4%). Il marque une progression de +6,2%, dopé par Internet (+3,2% sans Internet).

Pour Eric Trousset, Directeur Marketing du Pôle Investissements Publicitaires de TNS Media Intelligence : «A une mutation structurelle liée à l’émergence rapide des media digitaux s’ajoutent des phénomènes conjoncturels : incertitude économique, envolée du prix des matières premières, rapports toujours tendus entre fabricants et distributeurs, montée du discours environnemental, directives du plan nutrition-santé, effets de bords de la crise américaine des subprimes, restructuration et mutation de l’offre des Télécoms….

Les phénomènes s’additionnent et pénalisent fortement la croissance publicitaire».

  
TOP 10 des secteurs : derrière des résultats décevants, des mutations en cours

secteur d’investissement plurimedia 2007

 

Les bouleversements du classement 2007 reflètent les phénomènes structurels et conjoncturels subis par les secteurs notamment pour la Distribution, la grande consommation et les Télécoms. Continue reading

Annonceurs et leurs agence conseil, quels liens ?

Standard

A l’occasion d’un colloque organisé en fin de semaine dernière, l’IAB a publié les résultats d’une étude réalisée avec l’Union Des Annonceurs et portant justement sur les relations entre ces derniers et les agences conseil en achat d’espace.

Réalisée auprès de 132 personnes occupants essentiellement des fonctions médias, l’étude révèle tout d’abord que 62% des annonceurs considèrent être au fait de l’actualité du média Internet avec comme principale source d’information leur agence média. Cependant, ils sont entre 80 et 90% à déclarer manquer de renseignements sur ces critères publicitaires tels que les niveaux d’audience, la mesure d’efficacité ou la pige publicitaire. 84 % des annonceurs maîtrisent les informations sur la partie « classique » d’Internet (sites de contenus) mais en revanche 87% s’estiment sous informés sur toutes ses nouvelles possibilités technologiques d’interaction et de personnalisation.

 

L’introduction d’internet dans les stratégies de communication des annonceurs a dans son ensemble peu modifié la fréquence, la nature ou la forme de leur communication. Ainsi, la forme publicitaire privilégiée reste et de loin la publicité classique (bannières), devant les liens sponsorisés. Intégré selon 67% des répondants dans les lignes budgétaires média, Internet n’a pas occasionné la création de budgets de communication spécifiques complémentaires. Les techniques de marketing propres à internet (e-mailing, affiliation, et marketing viral) bénéficient encore d’investissements moindres.

 

Si les annonceurs sélectionnent les sites supports sur des critères assez traditionnels, l’affinité et l’audience (respectivement à 90 et 87%), en revanche le suivi et l’évaluation de leurs actions publicitaires reposent essentiellement sur des critères spécifiques au média internet (taux de clic, coût par clic, coût pour mille). Pour s’adapter à ce nouveau média, 60% des annonceurs déclarent avoir élargi le cercle des agences avec lesquelles ils collaborent depuis les trois dernières années. Parmi celles-ci, les web agency et les agences médias sont jugées comme apportant le plus de valeur ajoutée. Néanmoins, 72% des annonceurs déclarent ne pas avoir mis en place de nouvelle façon d’inciter leurs agences à faire preuve de pro-activité en matière d’intégration des nouvelles technologies.

 

« L’étude « De la perception à l’efficacité de Internet » : au delà des mots s’expriment deux grandes tendances capables de galvaniser les énergies des professionnels et de catalyser les investissements des annonceurs qui attendent des réponses innovantes et créatives où la convergence entre les médias pourra s’exprimer avec force et cohérence », souligne Jérôme De Labriffe, président de l’IAB France.

 

Un média internet qui continue en tout cas sa forte croissance avec +35,7% au premier semestre et une part de marché de 11,4%, confirmant ainsi la confiance que lui accordent les annonceurs.