Suivre le développement de la grippe porcine sur internet

Standard

Depuis les premiers cas découverts, vous pouvez suivre le développement du virus de la grippe porcine à travers le monde. L’OMS met à jour en temps réel une carte des cas détectés sur le globe.

nouvelle-image-8

Si vous venez de manger une tranche de jambon, ne consultez pas ce lien :-) : Maps H1N1

Adictiz lance un réseau social de marques

Standard

Adictiz entend apporter une réponse aux interrogations des marques, en proposant un concept innovant : le 1er réseau social dédié à l’univers des marques et des produits.

Aujourd’hui lorsqu’une entreprise souhaite lancer un nouveau produit, elle s’appuie sur une étude de marché, un sondage en interne, un cabinet spécialisé. Mais l’échantillon des personnes consultées est limité, voire restrictif. Pourquoi ne pas alors poser directement la question aux consommateurs, et sur un large panel ?
Autre constat, les jeux sur internet connaissent un véritable succès. La majorité des internautes préfèrent en effet consacrer leurs pauses à se divertir devant un écran. Même les maris délaissent leurs épouses en soirée pour surfer sur Internet.

Les internautes, acteurs de l’identité des marques

Aujourd’hui, les internautes ne sont pas sollicités, ou tout du moins les signaux faibles qu’ils envoient ne sont pas correctement utilisés, ne permettant pas une analyse pertinente.

Or, ils sont à même de donner leur avis sur un concept, une marque. Ils sont en mesure de définir le service, le produit qu’ils attendent. Marques, produits et consommateurs internautes vont à partir de ce jour se retrouver sur adictiz pour échanger leurs idées et partager un même univers créatif.

Ce réseau social de marques offre l’opportunité de renforcer le concept « d’expériences utilisateurs », de nouer le dialogue entre concepteurs et consommateurs, et de renforcer l’identité des marques et produits de demain..

Les internautes, au coeur de la création

Quel directeur marketing, directeur de la communication ne s’interroge pas sur les moyens à employer pour développer une nouvelle marque, sur la forme et la couleur que devra prendre un nouveau produit, sur les idées pour relancer un autre en fin de vie ?
Grâce à adictiz, posez directement la question aux Internautes au travers de concours de créations, où chacun d’entres eux viendra mettre sa créativité, sa vision au profit du développement de la marque et du produit. Qui mieux que les Internautes, les consommateurs, pour indiquer à quoi ressembleront les tendances de demain.
Au travers de concours de créations de logo, de slogan, d’illustration, de packaging, etc, l’ensemble de la communauté adictiz viendra élire la meilleure création et aider les entreprises à choisir l’identité de leurs
marques et produits.

En 2009, les outils de gestion des opinions clients seront les investissements les plus utiles pour améliorer l’expérience des clients.
D’ici 2010, plus de 60 % des 100 premières entreprises mondiales proposeront à leurs clients une « communauté en ligne ».
D’ici 2011, un tiers des achats réalisés par un consommateur sera directement influencé par les opinions dont il aura eu connaissance en ligne, contre 9 % en 2008.

Soutenons deux jeunes entrepreneurs :

Antoine Boniface et Charles Christory, deux ingénieurs Lillois diplômés de l’Iteem (formation à double compétence Ingénieur et Manager de l’Ecole Centrale de Lille en partenariat avec l’ESC Lille) et d’un Msc en Management de projets à l’ESC Lille.

Bonne chance à Adictiz !

Vers une nouvelle ère de la télévision

Standard

Edito pour l’émission diffusée sur BFM TV: « Télévision: les téléspectateurs ont-ils pris le pouvoir ? »  Samedi 18 Avril 2009 de 19h à 20h.

Au programme :

– L’interactivité et la télé-réalité

– La pluralité et la segmentation de l’offre de programmes : La génération zapping

– Les nouveaux modes de consommation de la Télévision liés au développement de la mobilité et du numérique

– Quel avenir pour la Télévision?

Vers une nouvelle ère de la télévision.

Présente dans plus de la majorité des ménages français, parfois même dans plusieurs pièces, la télévision est devenue au fil du temps un média incontournable. Ce rang de média dominant, la télévision le doit notamment à une série d’évolutions tant techniques que sociétales.

Du noir et blanc à la couleur, de l’analogique jusqu’à l’arrivée d’Internet, la télévision était alors l’unique fenêtre de retransmission sonore et visuelle des événements de la société. Grâce au développement de l’informatique, d’Internet et des technologies de la communication, la télévision a évolué. Avec la miniaturisation des composants électroniques, la télévision s’est transformée en un cadre digital ultra fin devenant, comme lors de la sortie des premières TV à tubes cathodiques, un signe de réussite sociale. Le développement de la télévision est en effet étroitement lié à la société de consommation tant sur le plan du contenu que sur son mode de consommation.

Avec l’apparition des chaines privées, la télévision est devenue peu à peu un empire commercial à conquérir pour des chaines devenant de véritables groupes de médias en quête du plus grand nombre de téléspectateurs. La concurrence est donc apparue entre les chaînes de télévision historiques, les chaînes à péages et les bouquets de chaînes thématiques en numérique, hertzien ou via l’Adsl. Les contenus se sont de plus en plus thématisés et formatés pour correspondre à une cible précise de téléspectateurs. Émanant des évolutions de la société de consommation, le téléspectateur a été placé au cœur des stratégies marketing et publicitaire comme un roi aux pleins pouvoirs.

Aujourd’hui nous parlons d’une nouvelle télévision, d’un nouveau mode de consommation. Mais quel sera le visage de la télévision de demain ?

Vous le constatez chaque jour, le mode de vie évolue pour des millions de personnes. Les transports en commun sont aujourd’hui un carrefour de rencontre des nouvelles pratiques numériques ; un véritable showroom d’exposition pour le dernier casque audio ou le nouveau téléphone proche d’un couteau suisse numérique. Le constat est simple, jadis la technologie complétait notre vie quotidienne. Aujourd’hui et demain, la technologie fera partie intégrante de ce que nous ferons. Cette évolution est un facteur clé dans la définition de la télévision de demain.

Les ordinateurs portables, les téléphones mobiles, les baladeurs numériques multiplient le nombre d’écrans digitaux dans notre environnement quotidien. L’ensemble de ces supports reliés à internet, représentent de nouveaux canaux pour accéder à l’information. C’est l’ensemble de ces évolutions technologiques qui influence la télévision de demain. Ils s’appellent la vidéo à la demande, le Podcast, le Streaming, le Replay ou encore le TimeShift ; de nouveaux mots anglo-saxons qui commencent à entrer dans votre vocabulaire quotidien, des mots qui désignent des services innovants de consommation, d’informations télévisuelles.

En effet, aujourd’hui il n’est pas indispensable d’être devant son tube cathodique pour regarder le rendez-vous historique du journal de 20h : quelques minutes après sa diffusion, vous pouvez le regarder via internet sur votre ordinateur ou votre mobile. Preuve est faite que la priorité pour le télespectateur est aujourd’hui portée vers le contenu que chacun veut visionner à son gré et quelque soit le support. Tout cela oblige donc une convergence entre tous les supports audiovisuels et donne naissance à une nouvelle consommation des programmes télévisés. Une consommation multi-supports et à la carte, programmée par le téléspectateur.

On peut donc dire que la télévision n’est plus qu’un vulgaire magnétoscope ?

Non, contrairement à ce que nous pouvons imaginer, les programmes diffusés ne sont à priori pas obsolètes. En effet, le direct reste le seul moyen pour les chaînes télévisées de créer l’événement : un match de coupe du monde se regardera toujours en live. L’enjeu pour les groupes de médias est donc de capter ces télespectateurs sur le support digital le plus adapté aux envies des télespectateurs.

En outre, comme dans la société de consommation, les téléspectateurs sont à la recherche de nouvelles expériences. La télévision n’y échappe pas. L’expérience numérique, ou encore l’expérience télévisuelle, sera multi-support et basée sur l’interactivité.

Cela a déjà commencé avec l’apparition des programmes interactifs que je qualifierai « d’indirect » avec le phénomène de la Téléréalité. Les candidats issus du public sont acteurs du programme TV et la diffusion est multi-supports : live sur internet, TV et live audio par téléphone. Mais en exploitant toutes les ressources qu’Internet offre, la télévision sera plus interactive. Le téléspectateur sera actif grâce à sa télécommande, en votant pourquoi pas pour sa star préférée ou en achetant la veste de l’animateur qui présente le journal par exemple. Globalement, demain les chaînes de télévisions seront proches d’un site internet, créant une relation interactive avec le téléspectateur, lui offrant un espace d’expression important sur tous les supports digitaux existants.

Sébastien C.

En savoir plus sur :

http://www.human-network.fr/emission/22-Television-les-telespectateurs-ont-ils-pris-le-pouvoir-.html

http://www.human-network.fr/edito/61-Vers-une-nouvelle-ere-de-la-television.html

BFM TV

Gagner de l’argent grâce à son mobile, c’est maintenant possible

Standard

On connaissait le surf rémunéré, la lecture de mail indemnisée, le sms était le seul support non exploité.

Pumbby, une entreprise belge lance son offre sur le marché Français. Le principe est simple, il s’agit d’accepter de recevoir des publicités sur son GSM en échange d’une rémunération oscillant entre 0,01 et 0,35 cts d’euros. Un crédit que vous pouvez virer sur votre compte bancaire ou utiliser pour recharger le crédit téléphonique de votre mobile. Une publicité est considérée comme visualisée après une connexion sur le wap ou internet via le lien promotionnel contenu dans le sms.

 

En 2008, 100 campagnes promotionnelles ont permis de distribuer 136 742 euros  aux membres Pumbby. Les marques qui ont déjà utilisé ce système témoigne des ambitions de cette entreprise (Nike, Coca-cola, Ea Games, Samsung, Carrefour).

La conjoncture économique actuelle et la curiosité va générer beaucoup de nouvelles inscriptions mais sur le long terme : est-ce que les mobinautes vont être séduit par cette nouvelle formule ?

 

Une publicité dans un jeu vidéo pour 5000 euros

Standard

Le marché de l’ad-game se développe et pourrait atteindre 1 milliard de Dollars en 2012.

En 2007, 59 % des budgets sont dépensés en pure in-game publicité (qui apparait dans le jeu) et 41 % en advergames (jeu crées pour une marque) Source Journal du net. Une petite intro pour présenter une video vue sur le Presse Pub.  

Une interview d’Antoine Dubuquoy, directeur commercial de IGA Worldwide en France, une agence de publicité « in-game ». Réalisée par Antoinette Jeanson et Charlotte Lazimi, cette ITW nous dresse un panorama des différentes possibilités de pub in-game et  ses coûts.