Le designer des objets Apple Jonathan Ive s’est il inspiré des lignes Braun des années 60 ?

Standard

Le design des produits Apple est une référence commerciale, des produits adoptés par tous autant pour leur design que pour leur technologie. Apple impose un style ou plutot un restyling des produits des années 60 Braun.

.Jonathan Ive designer des plus beaux succès d’Apple se serait-il inspiré ou a t’il plagié Braun ? A vous de juger.


AppleBraun
envoyé par publicitenewsPetit rappel sur notre ami Jonathan Ive :

Né à Londres en 1967, diplômé de l’Ecole polytechnique de Newcastle, Jonathan Ive travaille deux ans durant chez Tangerine, une agence de design londonienne, avant d’entrer au studio Apple en 1992. Là, il attend le retour de Steve Jobs pour révéler son incroyable talent. Steve et Jony. Le tandem auquel Apple doit la flopée de succès qu’elle connaît depuis dix ans. Son renouveau. Sa remontée en flèche sur les marchés.

 

Dans les rares interviews qu’il accorde (en dehors de la discrétion imposée par la boîte, l’homme est un grand timide), Jonathan Ive explique qu’une grande partie de son travail « consiste à résoudre des problèmes extrêmement complexes et à rendre ces solutions invisibles, de façon à créer des produits simples et beaux à la fois ».

 

On pense immédiatement à l’iPod, la référence mondiale des baladeurs numériques. Un objet emblématique du style de toute une génération, de nouveaux modes de vie, voire, pour certains, d’un tournant de civilisation. Un appareil rectangulaire aux coins arrondis, ultraplat, minimal, brillant, blanc, noir ou en couleur, doté pour unique système de fonctionnement d’une molette ronde intégrée au boîtier. La simplicité à l’état pur.

 

Pour créer des produits toujours plus légers, plus élégants, plus petits et ainsi de suite, Ive et son équipe (on parle d’une douzaine de designers entre 30 et 40 ans) travaillent en permanence à proximité des ingénieurs et des cellules marketing. D’après d’anciens collaborateurs, la seule définition du concept des produits représenterait actuellement 15 à 20 % du temps imparti au design industriel. Soit beaucoup plus que pour les autres constructeurs.

 

Viendrait ensuite la phase d’étude : cent fois sur le métier remettez votre ouvrage… « On fait des essais, des erreurs apparaissent, on recommence. Il nous arrive d’aller très loin dans le développement de certains projets, pour finalement nous interrompre parce que les produits ne nous semblent pas assez bons », déclarait Jony Ive au Herald Tribune en novembre 2006. Apple serait la seule entreprise techno à travailler de la sorte.

 

Autre particularité : le constructeur développerait pour chacun de ses projets de nouveaux outils, matériaux et systèmes de production. A cette fin, il travaille en étroite collaboration avec ses fabricants, dont il fait au besoin évoluer les processus techniques. Les designers partent ainsi des semaines dans les usines en Asie pour proposer à leurs sous-traitants des améliorations, les aider à trouver des solutions adaptées.

 

Ainsi sont nées des merveilles comme le Cube, le Powerbook G4 Aluminium (le plus fin des portables à écran 17 pouces) ou les derniers iMac, des ordinateurs blancs à écran plat ultramince que l’on croirait sortis de 2001 : l’Odyssée de l’espace. Toutes sortes de prouesses qui ont valu à Apple, et à Jonathan Ive en particulier, des récompenses en pagaille.

 

Alors, bien sûr, le produit zéro défaut n’existe pas. En dépit des injonctions de Steve Jobs, du sens du défi et du perfectionnisme qu’il partage avec Ive, les créations Apple présentent des imperfections. Traquées et soulignées par la concurrence, mais également par quelques-uns des geeks, des nerds et autres technophiles que compte la planète techno.

 

Au moment, par exemple, de la sortie de l’iPhone aux Etats-Unis, en juin, le jeu dans la Silicon Valley consistait à rechercher les couacs, les faiblesses de cet appareil à écran tactile, à la fois téléphone mobile, baladeur MP3 et navigateur Internet. On a pointé la courte durée de la batterie intégrée. La transmission trop lente des données (l’appareil n’est pas compatible, pour l’heure, avec le réseau 3G), leur prix exorbitant (factures démentielles). Et l’on a fait remarquer que Jonathan Ive, une fois encore, s’était largement inspiré de Dieter Rams, le designer qui a fait le succès de Braun dans les années 1970…

 

Oui mais. Tout ça n’enlève rien à la capacité extraordinaire d’Apple d’étonner et d’impressionner. A son talent pour capter l’air du temps, les besoins et les modes de vie de demain. A sa façon, aussi, de concentrer, dans un petit nombre de produits (autre différence avec ses concurrents), un maximum de créativité. Alors, même si la belle de Cupertino se prend pour une diva et refuse de communiquer sur la manière dont elle conçoit le design, on n’a qu’une envie : celle de lui dire « Chapeau ! ».

 

Voici les 10 principes à respecter selon Dieter Rams pour un “bon design” :

 

• Good design is innovative.
• Good design makes a product useful.
• Good design is aesthetic.
• Good design helps us to understand a product.
• Good design is unobtrusive.
• Good design is honest.
• Good design is durable.
• Good design is consequent to the last detail.
• Good design is concerned with the environment.
• Good design is as little design as possible.

 

Ils en parlents :

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-651865,36-989520@51-997458@45-1,0.htm

 

lhttp://www.lavieestunefete.fr/apple-design-vs-old-braun-design/

 

http://www.guardian.co.uk/g2/story/0,,2241294,00.html

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jonathan_Ive

 

http://www.macgeneration.com/web/voir/127195/de-dieter-rams-a-jonathan-ive/

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dieter_Rams

 

http://www.levidepoches.fr/weblog/

  • timothee

    Je viens de rédiger un article avec des photos d'appareils Braun. Cette rétrospective de 1957 à 1969 permet en effet de se rendre compte de l'influence de Braun dans le design d'aujourd'hui.

    Rétrospective Braun sur retrofutur :

    http://www.retrofutur.fr/post/2009/08/05/la-ret

    !!!!!

  • http://www.sebastiencamusot.com Sébastien

    Bonjour Thimothee,

    merci pour tes photos,

    A bientôt,
    Séb.