Aides lance sa nouvelle campagne toujours le concept Et si j’étais…

Standard

A la veille de la journée mondiale de lutte contre le sida, l’association AIDES lance une nouvelle campagne de communication dans la presse et à la télévision. On y découvre de nouvelles personnalités qui prêtent leur image : Elie Semoun, Line Renaud, Cyril Lignac, Diam’s ou encore Mimie Mathy. Toujours une très bonne campagne à souligner.

campagne-stars-2007-marc-levy_450campagne-stars-2007-line-renaud_450

Le Crédit Agricole sort une carte co-brandée avec la FFF

Standard

carte co-brandé CA FFF

Le 8 janvier prochain, les fans de l’équipe de France de football pourront fièrement arborer une carte bancaire aux couleurs des Bleus.

Celle-ci sera proposée par le Crédit Agricole, banque officielle de l’équipe de France, en édition limitée jusqu’au mois de juin.

Pour le moment, il s’agit d’un tirage à 100 000 exemplaires, vendu au prix d’une carte bancaire standard (36 €).

La carte offrira notamment des avantages tarifaires dans le réseau sport 2000 mais d’autres partenariats avec les sponsors de la FFF devraient intervenir et fur et à mesure. Ce lancement s’inscrit dans un programme plus large baptisé « On a tous un côté bleu » destinés à contenter les clients fans de foot en leur proposant animations et avantages liés à leur sport favori ainsi qu’un site internet dédié « www.onatousuncotebleu.com« . De son côté la FFFa salué l’initiative de la banque qui « va complètement dans le sens de la nouvelle politique commerciale de la fédération ».

 

Source e-marketing

Jamel va assurer la promotion Web de Dolce Gusto

Standard


La Tektonik
envoyé par ladolcegustodejamel

 

Le comédien Jamel a écrit une quinzaine de sketches à l’occasion du lancement de la machine à café Docle Gusto. Imaginées par Publicis Net, ces vidéos seront diffusées uniquement sur Internet, afin de toucher un public plus jeune, que veut également conquérir Nestlé. Le lancement de ce produit sur le Web s’appuyait déjà sur une communauté de blogueurs. Ces derniers recevront un bêtisier du tournage des sketches de Jamel, ainsi qu’un sketche exclusif.

Dolcegusto

Source Jdn

Yahoo intégre de la publicité dans les PDF

Standard

La publicité sera-t-elle bientôt inévitable ? Alors que certains jeux vidéo devraient être envahis par la publicité dite « in-game » dans les années à venir, avec Microsoft et Google en chef de file, les documents .pdf pourraient eux aussi être contaminés. Adobe PDF Yahoo Ads publicité Un programme pour l’instant très limité Yahoo vient ainsi de lancer un programme, encore en phase bêta, nommé Ads for Adobe PDF, soit Publicités pour les PDF d’Adobe.

Limité aux États-Unis et aux documents en anglais, le programme est doté d’une charte interdisant de le lier à des sites pornographiques et violents, ou encore faisant l’apologie de la drogue, des armes, des paris, de la torture, de l’alcool, du tabac, ou plus amusant, du piratage de musique et de films.

Yahoo ne souhaite pas non plus avoir un rapport quelconque avec la vente de produits provenant des Balkans, du Myanmar (ou Birmanie), de Cuba, d’Iran, d’Irak, du Libéria, de la Libye, de la Corée du Nord, du Soudan, de la Syrie et du Zimbabwe. Les sites américains vantant le camembert, véritable arme de destruction massive, devraient donc être épargnés. Fruit de la guerre de la publicité en ligne Le programme Ads for Adobe PDF propose donc aux sociétés intéressées d’insérer de la publicité dans des documents .pdf. La publicité se fera par l’intégration d’un texte dans un emplacement séparé du contenu initial du document.

Selon Reuters, les publicités ne seront pas agressives : sans mouvements ni clignotements notamment. Les utilisateurs d’une telle offre sont nombreux. Certains y verront une manne financière supplémentaire. D’autres pourraient rendre gratuit un contenu auparavant payant. Et du côté des entreprises proposant leurs publicités à Yahoo (et donc susceptibles d’être intégrées dans les documents .pdf), il s’agit d’un moyen supplémentaire d’être vu.

Source de l’information :Yahoo/pcinpact

 

De nouveaux formats publicitaires sur le net : exemples, analyse et perspectives.

Standard

L’avènement de la vidéo sur Internet entraîne l’apparition de nouveaux formats publicitaires spécifiques, qui s’avèreront peut-être plus efficaces que les formats actuels. Nous y sommes ! Aujourd’hui, Internet est réellement devenu un canal de diffusion vidéo à part entière, et ce, au même titre que la télévision. Depuis que la technologie nous permet de diffuser aisément des contenus audiovisuels sur le Web, nous avons pu constater un engouement évident des internautes (consommateurs), et par conséquent des diffuseurs (annonceurs, agences) qui se sont empressés d’investir le créneau, pour mieux atteindre ces consommateurs (assoiffés de vidéo), … et la boucle est bouclée.

 

Du coup, de nouveaux formats publicitaires spécifiques à la vidéo arrivent pour « donner du neuf » à la publicité sur Internet (ça tombe bien, puisque aujourd’hui près de 50 % des internautes rejettent les bannières publicitaires traditionnelles sur Internet, les trouvant trop intrusives …. !)

 

Exemple de format spécifique à la vidéo : le billboard intersticiel (le meilleur exemple me restant en tête étant celui d’Allocine.fr, avec la diffusion des publicités pendant le temps de pré-chargement des bandes annonces. Cette solution présente un double avantage : de toutes façons, nous étions obligés d’attendre le buffering, ou « mise en mémoire tampon » (même si aujourd’hui ce n’est plus le cas…), par ailleurs, la publicité arrivant au chargement de la bande annonce, elle en devenait plus distrayante (c’est toujours plus sympa qu’un écran noir) qu’intrusive… Gagné !

 

Autre exemple (je l’aime beaucoup moins, celui-là) : celui de Google, qui a décidé de placer des publicités au sein des contenus vidéo de Youtube (cf. article paru dans l’Express : http://www.lexpress.fr/info/quotidien/actu.asp?id=13507 ), par l’intermédiaire de bannières transparentes, présentes tout au long des vidéos consultées par les utilisateurs.

 

Pour le coup, et à l’inverse du Billboard, on tombe exactement dans l’effet inverse : matraquage publicitaire, voire gêne à la visualisation, qui peut aller jusqu’à nuire au contenu lui-même !

 

– Cela vous plairait-il, à vous, réalisateur en herbe, en quête de notoriété sur Youtube, de voir votre oeuvre estampillée, sur toute sa durée, d’une pub pour une lessive occupant presque le tiers de l’écran ?

 

– Cela vous plairait-il, à vous, utilisateur, d’être gêné tout le long de votre visionnage, par des publicités incessantes, même « en filigrane et transparentes » ?

 

Certes, le concept a l’air tout à fait rentable, mais à terme, il ne pourra que nuire à ses inventeurs, car les internautes en seront vite fatigués d’être assénés de publicités dès qu’ils chercheront à accéder à un contenu sur le Web. Trop de pub, tue la pub !

 

Par contre, de nouvelles perspectives très intéressantes s’ouvrent à nous, notamment celle qui sera, je pense, la plus pérenne et efficace, sur la durée : le sponsoring contextuel de contenu vidéo. Et là, ce sont les Web TV thématisées qui seront le mieux placées pour en profiter !

 

Je m’explique. Prenons pour exemple un sujet ultra spécialisé, mais susceptible d’intéresser beaucoup de monde… pourquoi pas l’immobilier ? Je verrais bien un grand groupe immobilier décider de créer une Web TV, proposant de fournir du contenu spécifique à l’immobilier (particuliers ou entreprises, achat ou location, robien ou borloo, etc….) aux internautes français, dans le but de devenir un portail de référence, source incontournable d’informations sur le sujet.

 

Vous y êtes ? Bien. Maintenant, je (« internaute lambda ») cherche du contenu spécifique à l’immobilier sur Internet, et je tombe sur cette Web TV. Je me lance alors dans une émission spécialement dédiée à l’achat d’un bien immobilier, et je tombe sur le billboard publicitaire d’une société de courtage, ou d’une compagnie d’assurances immobilières.

 

Bilan : je suis demandeur d’informations ciblées, et je me trouve en présence de publicités en rapport avec le contenu que je cherche, donc susceptibles de m’intéresser au même titre que le contenu que je visionne. D’où l’intérêt de ce nouveau type de format.

 

Pour terminer, je prends le pari que d’ici 5 ans, nos plans média online compteront un grand nombre de Web TV’s spécialisées, qui seront bientôt intégrées à nos chères régies…. Et vous ?

 

 

 

Source : CEDRIC LAMESH Directeur général / Producteur, Weap-On sur JDN