Ricoh décline la pub version 2.0

Standard

Le fournisseur de solutions d’impression a lancé un site web à l’univers original pour promouvoir ses produits auprès de la communauté IT.

Colorbots

Après Wilkinson et son site promotionnel de jeu en ligne, la marque Ricoh a lancé à son tour une campagne publicitaire complète basée sur un univers web original et à destination de la communauté IT. Le fournisseur de solution d’impression s’est d’abord montré très présent sur les sites d’information high tech comme CNet ou Gizmodo. La marque a en effet distillé tout au long de septembre des messages teasers autour d’un événement, l’arrivée de techno-créatures venues du fin fond d’une imprimante, les Colorbots. But de la manœuvre : orienter le public technophile vers le site événementiel ricohcolorbots.com lancé le 1er octobre.Du teaser au site événement

Et c’est un véritable monde interactif qui a été créé pour l’occasion par l’agence Gigante Vaz Partners. Cet espace s’attache principalement à fournir une expérience qui se veut ludique et personnalisée. Les amateurs de jeu online et de webdesign devraient notamment apprécier le concept. Le site propose ainsi de découvrir Printerworld, le cœur d’une imprimante dans lequel évoluent ces personnages, c’est le cas de le dire, hauts en couleur. Chaque section du site propose un thème renvoyant aux principes de fonctionnement d’une imprimante laser, ce, à travers des activités ludiques mettant en scène les Colorbots.

La publicité version 2.0

On y retrouvera des concepts classiques tels que la personnalisation d’avatars colorbots, un jeu interactif de tir laser, mais également un « centre de traduction » permettant d’échanger des messages cryptés. Sur ce site, rien n’est à vendre. A part un lien vers le site corporatif de Ricoh, rien ne permet de dire qu’il s’agit d’un site à visée publicitaire tant on oublie vite le logo de la marque, relativement discret. »Travailler sur cette campagne innovante nous a permis de repousser les limites de la publicité et du marketing en ligne au sein de cet espace », a indiqué Paul Gigante, cofondateur de Gigante Vaz. D’autres évolutions de ce site devraient suivre. Il est encore partiellement en construction.

Source

Pub en ligne: le marché va basculer

Standard

En effet, en l’espace de quelques années, nombreux sont les secteurs qui se sont laissés tenter par l’expérience internet. La Toile est parvenue à gagner ses gallons de noblesse auprès de nombreux acteurs du secteurs. Avec des degrés d’impact variables. «Si l’industrie du livre parvient à résister face aux assauts de l’économie numérique (…) l’impact économique est plus visible sur la presse. L’économie numérique a provoqué un développement très rapide de la presse en ligne», explique Jean Rémi Gradatour secrétaire général adjoint du club Sénat.

Le cas de la télévision est un cas à part. «La télévision a très tôt intégré les technologies numériques», poursuit le secrétaire général. Pourtant, l’arrivée de la VoD (vidéo à la demande) devrait là encore susciter quelques refléxions, notamment dans tout ce qui concerne la publicité en ligne.

Les annonceurs ont fini par se faire à ce nouveau format. Enfin presque. «L’internet marketing connaît une croissance de 35%. Pourtant, des réflexions sur l’organisation et les usages d’Internet se poursuivent ecore [au sein des entreprises]», souligne Eric Trousset de TNS média, commentant une étude destinée à comprendre la perception que les annonceurs ont d’Internet.

Si des sociétés comme ING Direct (banque en ligne) et la société de renseignements 118 218 ont compris tous les avantages qu’elles peuvent tirer aussi bien de la Toile que des campagnes de publicité en ligne, la situation n’est pas aussi claire pour toutes les entreprises.

«Si 60% des gestionnaires sont invités à s’informer sur l’intérêt d’Internet, 18% d’entre eux ne sont pas invités à se pencher sur la question», affirme Marie-Christine Crolard-Lepany de NPA Conseil. Les entreprises intéressées, ne s’intrrogent plus, elles analysent la pertinence du marketing en ligne. Taux de clic, efficacité ou encore performance d’une campagne rentrent dans le champs des éléments analysés. L’internet mobile ne fait pas exception, «les entreprises ont besoin d’informations sur ce support», glisse Françoise Renaud, directrice recherche marketing chez UDA.

Les grandes entreprises ne font pas l’impasse sur le net. Si «la publicité sur Internet assure une croissance plus forte», selon Alain Weil, PDG de Nextradiotv, sa cote en terme de média annonçant ne cesse de grimper. Pour Julien Billot, directeur numérique chez Lagardère, «en 2008, le marché de la publicité sur internet devrait dépasser celui de la publicité en radio».

Pour mémoire, une étude de TNS media Sofres réalisée au premier semestre 2007 établissait que les investissements en ligne avaient connu une progression de 40,1% et atteint la somme de 1,2 milliard d’euros. Si les prévisions de Julien Billot s’avéraient exactes, les 14,6% de parts de marché totalisées par la radio pourraient bien devenir inférieurs aux investissements que les annonceurs avaient jusque là consentis à mettre sur Internet (10,8% au 1er semestre 2007).

Et à croire Dominique Delport, DG de Havas Media, la place prise par Internet pourrait bien provoquer un «séisme». «Mêmes si les sociétés investissent sur la formation [des gestionnaires] et les acquisitions [de sociétés spécialisées], les recettes sont encore absentes. Pour l’instant, nous ne sommes pas sur des volumes importants. Nous sommes encore dans une phase de transition», confirme Dominique Delport. Mais les choses pourraient bien se présenter différemment dans peu de temps. «Les entreprises devront bien se pencher sur internet, d’où un travail de veille qui s’imposera par lui-même.»

Pour le responsable d’Havas media, les choses sont claires : «Dans 5 ans, le marché aura basculé».


source 

Les premiers résultats des campagnes de marketing via RSS démontre des taux de transformation 10 points supérieurs à ceux observé sur un site web.

Standard

Les premiers résultats des campagnes de marketing via RSS seront présentés demain à la conférence DMA à Chicago.

Lors de l’écriture de la deuxième version de « RSS, Blog : un nouvel outil pour le management », j’avais ouvert le manuscrit à d’autres auteurs afin de pouvoir présenter les résultats des premières mises en œuvre de RSS, parmi ceux-ci figure Rok Hrastnik. Rok sera le modérateur d’une session de la conférence de la Direct Marketing Association demain (17/10/07) à Chicago à l’occasion de laquelle SimpleFeed présentera les résultats d’une étude des taux de clics et de conversion que les responsables de campagne ont obtenu avec RSS. Ces résultats seront présenté lors de la session « Advanced e-Commerce RSS tactics ».

Simplefeed présentera les résultats de l’utilisation de RSS pour son marketing et le support de ses clients obtenus pour lors des neuf premiers mois de cette année 2007. Ces résultats démontrent que chaque abonné aux flux RSS de ces deux services clique en moyenne 5.9 fois sur les liens qui les conduisent sur le site web de la société. En moyenne, chaque abonné reçoit 53 billets par mois ce qui laisse apparaître un taux de clics de 11.1%.

image Un client de Simplefeed (www.simplefeed.com) une société spécialisé dans la publication et la mesure de performance des flux RSS, Autodesk, présentera les résultats de deux offres effectuées en septembre à l’aide de flux RSS. Le premier test était une offre faite aux clients actuels d’Autodesk pour acheter une mise à jour de leur logiciel. Cette offre a généré des taux de conversion sensiblement supérieur à ceux obtenu lors d’une campagne similaire faite au moyen d’un e-mailing. La seconde offre consistait en un contenu gratuit disponible après inscription sur le site web de la société. Les inscriptions se sont avérées être 10 points plus élevés que celles générées par les visiteurs sur le site à qui la même offre était proposées.

Mark Carlson, CEO de Simplefeed précise que « les responsables du marketing savent que RSS est un canal de communication intéressant pour les actions de pré-vente et pour publier des documents de support pour le service après-vente. Avec l’émergence des technologies de lecture des flux RSS intégrées dans la majorité des navigateurs web, des systèmes de lecture des courriels et des portails internet, les clients et les prospects ont été encore plus nombreux à les adopter. Ces résultats démontrent que RSS est maintenant un outil pour les actions de marketing direct. »

En plus de la génération de la demande, Autodesk présentera également l’utilisation de RSS pour améliorer leur connaissance des clients, segmenter cette population et améliorer la performance de son référencement naturel. Les flux RSS d’Autodesk sont visibles sous http://www.autodesk.com/rss .

source

Radiohead : mission accomplie!!

Standard

Le groupe Radiohead, qui a offert son dernier album “In Rainbows” en téléchargement la semaine dernière, a déja réalisé plus de 1.2 millions de téléchargements.

Le résultat de cette opération (au delà de l’énorme buzz dont a bénéficié le groupe) c’est un prix qui oscille autour de 8$ en moyenne (ce qui fait un total de plus de 10 millions de $), pas mal pour une semaine, non? (sachant que cela représente plus que ce que le groupe a vendu pendant la première semaine avec son label pour ses 3 derniers albums réunis)

Source : Seminal

Une fabrique de widgets Facebook lève 3,5 millions de dollars

Standard

L’entreprise californienne SocialMedia vient de lever 3,5 millions de dollars auprès de Charles River Ventures, SoftTech VC et le co-fondateur de Netscape, Marc Andreessen. SocialMedia s’est spécialisée dans le développement de petites applications basées sur l’API de Facebook, parmi lesquelles Foodfight, qui permet d’organiser des batailles de nourritures virtuelles à travers Facebook. Il s’agit du second tour de table effectué par SocialMedia, en un peu plus d’un an d’existence.

Source : Journaldunet