Pourquoi le bouche-à-oreille électronique dépasse le marketing traditionnel ?

Standard

aComment fonctionne le « bouche-à-oreille » sur le web ? Et quel est son impact ? Pourquoi arrive-t-il à dépasser des outils marketing plus traditionnels en termes d’impact et de bénéfices ?

Ce sont les questions que se posaient Koen Pauwels, professeur de Tuck School of Business at Dartmouth (Etats-Unis) et ses associés Randolph Bucklin et Michael Trusov (Université de Californie, Los Angeles, Etats-Unis). Le résultat de leurs recherches est une étude intitulée “Estimating the dynamic effects of online word-of-mouth on member growth of a social networking site” (« Evaluation de l’impact du bouche-à-oreille électronique sur le gain de nouveaux clients par un site de réseaux sociaux »).

Le bouche-à-oreille a souvent été décrit comme la stratégie marketing la plus efficace mais également la moins bien comprise. Cette étude permet de mieux comprendre et évaluer comment le bouche-à-oreille fonctionne sur des plates-formes de réseaux sociaux comme Facebook ou MySpace et comment il arrive à supplanter des outils marketing plus traditionnels, comme l’organisation d’événements et la publicité, en termes d’impact et de bénéfices.

Le « WOM Effect »

Les chercheurs ont analysé le nombre d’inscriptions et de recommandations privées des utilisateurs sur l’un des plus importants sites de réseaux sociaux (qui reste anonyme), sur une période de 36 semaines. Continue reading

Virgin Mobile lance son appli. Facebook: “Doublebook”

Standard

Virgin Mobile a récemment lancé son application Facebook intitulée “Doublebook” pour faire la promotion de son offre “Dooble” qui consiste à offrir une heure de communication pour chaque heure achetée.L’application, réalisée par Hemisphere Droit, consiste en une série de 6 Quizz vous permettant de trouver votre “Dooble” sur le réseau social (par l’intermédiaire un pourcentage de compatibilité de profils) et d’entrer en contact avec lui en lui envoyant un message ou encore un poke. 10 téléphones LG Viewty seront offerts aux participants par tirage au sort (ainsi qu’à leurs doubles)

L’intégration de l’appli. aurait pu être plus poussée en permettant un affichage de son score/double sur sa page profil ou encore un parrainage des membres de son réseau afin d’augmenter ses chances au tirage au sort.

Source 

La presse : quel avenir ?

Standard

Le oueb, le oueb, le oueb. Ils n’ont que ce mot-là à la bouche. L’année 2007 a été celle du début de la grande migration de la presse traditionnelle vers internet.

Migration parce qu’aujourd’hui, les grands groupes ne réfléchissent plus seulement en terme de présence sur la toile ou de complémentarité entre le net et le print, mais surtout en terme de basculement total du papier vers le web.

Dernier épisode en date, le groupe Lagardère a fait savoir cette semaine qu’il était intéressé pour racheter le site internet santé-féminin Doctissimo. Ce n’est pas qu’un simple investissement ou une diversification, mais un virage. Car dans le même temps, le groupe se désengage de la presse écrite. Il y a quelques semaines, le mensuel féminin Isa a fermé boutique. Et pourtant, il affichait une diffusion totale de près de 200 000 exemplaires (en augmentation de 30 000 exemplaires en deux ans) et avait un tiers de pub dans ses pages. Ça veut dire quoi ? Qu’un carnard qui se vend à 200 000 n’a pas d’avenir aujourd’hui pour un industriel de la presse. Toute la stratégie de Lagardère est désormais recentrée sur internet. Continue reading

La publicité numérique : les prévisions pour 2008 ?

Standard

2007 a marqué un tournant pour le marketing en ligne, les réseaux sociaux et la publicité numérique, ces trois secteurs ayant été particulièrement dynamiques. En 2008, l’émergence du mobile et de la vidéo laisse entrevoir de nouvelles perspectives.

Sans aucun doute, 2007 aura encore été une année de forte croissance pour l’industrie du marketing en ligne. Le phénomène des réseaux sociaux s’est largement répandu et les technologies de diffusion de la publicité digitale se sont davantage sophistiquées. Les fusions et acquisitions dans le secteur ont atténué les frontières entre les modèles économiques plus traditionnels et ceux dans lesquels le secteur, et l’Internet dans son ensemble évoluent, délimitant ainsi de nouvelles démarcations. Continue reading

Les formats de e-pub émergents : recommandations

Standard

Les formats publicitaires traditionnelles laissent place à de nouveaux standard. Aujourd’hui on retrouve les mêmes fondamentaux du marketing offline. La régle des 80/20 est respectée avec 80 % de formats classiques et 20 % de formats publicitaire on line innovants.

Les annonceurs attendent des emplacements de plus en plus qualitatifs (« voire premium ») ainsi que des messages et des mises en scènes de plus en plus évolués. Les standards des formats publicitaires n’ont quasiment pas évolué au cours de ces 7 dernières années alors que le marché a muté :

-Les équipements hardware sont très relativement évolués
-Les débits des internautes ont été multipliés par 100
-Les résolutions d’écran ont changé (d’un 800×600 à du 1024×768)
-Les technologies ont progressé (le player Flash est déployé sur tous les postes)
-Une grande partie des campagnes sont centralisées et servies sur des adservers permettant une diffusion optimale de formats ultra enrichis.

L’IAB préconise un placement des publicités dans les 600 pixels supérieurs de la page.
Pour des formats très hauts tels que les skyscrapers, il est impératif que le 1/3 supérieur apparaisse au moins dans cette zone. Il est important que les formats situés dans une zone inférieure à ces 600 px soient annoncés comme tels aux annonceurs. Pour préserver la qualité de navigation, l’IAB préconise 2 formats publicitaires standards par page (exemple : une bannière 728×90 + un 300×250). Les formats « liens sponsorisés » présents sur une page doivent être considérés comme des formats publicitaires à part entière.

Tous les formats « surgissant » (pop under, pop up, site under…) sont à bannir. D’une part la majeure partie des internautes bénéficient de logiciels bloquants pour ces formats, d’autre part, ils ont un effet négatif sur la marque présente dans ces formats.

Voici les recommandations de l’IAB…

Continue reading